17/08/2009

La Bergerie de Féline - Le Poët-Laval

Sans titre-2

La Bergerie de Féline -
Brigitte et Jean-Jacques Ballet
- Les Charles -
 26460 TRUINAS
 FRANCE
Tél./Fax : +33 (0)4 75 49 12 78 -
Portable : +33 (0)6 73 26 53 94 -
Mail : welcome@labergeriedefeline.com


http://www.labergeriedefeline.com/bergerie.html

Sans titre-1


Le Poët-Laval est une commune française, située dans le département de la Drôme et la région Rhône-Alpes.

C'est au XIIe siècle que le Poët-Laval fait son entrée dans l'Histoire. Une entrée à grand orchestre! C'est à cette époque que les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, un ordre mi-religieux, mi-militaire, créé en Palestine dès le début des Croisades, y établissent, probablement à l'instigation d'un de leurs Grands-Maîtres, originaire de la région, l'une des commanderies les plus importantes de la Provence. Dans les ruelles qui ressemblaient à celles que les amoureux des vielles pierres parcourent aujourd'hui, déambulaient, il y a un peu moins de mille ans, des moines-chevaliers au long manteau noir portant sur le côté gauche la croix blanche à huit pointes symbolisant les Huit Béatitudes du Sermon sur la Montagne.


Ce sont les Hospitaliers qui firent construire, non pour y vivre, mais pour y résister aux assaillants, le donjon, par lequel commence et se termine toute visite du Poët-Laval. C'est la période gothique qui a mis un sourire sur l'austère façade en y perçant une très jolie fenêtre à double ogive.

Une tour élancée, un majestueux donjon (réputé être le plus beau de Provence), un vieux village aux ruelles tortueuses et majestueuses où le temps s'est arrêté... au Moyen Âge !

La chapelle en hémicycle à trois arêtes, offre un assez bel exemple d'art roman. La Tour Saint-Jean, qui a été érigée directement au-dessus de l'autel, date également de l'époque romane. C'est à elle qu'aboutissait l'enceinte qui enserrait la colline et à l'intérieur de laquelle les habitations se sont petit à petit groupées. On retrouve cette enceinte, parfaitement restaurée, dans la partie basse du village, à côté de la tour du Sud.

Au XVe siècle, les hospitaliers devenus chevaliers de Malte firent construire à l'angle sud-ouest une nouvelle commanderie (Salon des Commandeurs) dont on ne manquera pas d'admirer les tours ainsi que la façade ornée de superbes croisées gothiques.

Le musée du Protestantisme dauphinois, installé dans l'ancien temple et qui, depuis de vieilles bibles huguenotes jusqu'à de vieux tabourets utilisés pendant les réunions clandestines, rassemble d'émouvants souvenirs, notamment sur la période de persécutions que connut la région au lendemain de la révocation de l'édit de Nantes.

09:21 Écrit par telematin friends dans Général | Lien permanent |  Facebook

Les commentaires sont fermés.