15/08/2009

Un jardin intime en Essonne

Sans titre-1

Jardin intime, jardin secret, jardin mondial ?
Il s’agit bien souvent du plus vieux souvenir de villégiature estival pour un enfant, l’odeur des haricots rame de la terre chaude et des dahlias géants. La grande silhouette voûtée de grand père sur les salades ou les carottes à éclaircir. C’est l’époque des premières responsabilités, les mures de la haie et les groseilles petites, petites à ramasser !
Le jardin est une usine à souvenirs, une usine à désirs, profusion des idylles pollinisatrices dont les ébats forment bouquet et massifs. IL est aussi l’antichambre de la table. Il est mille madeleines de Proust différentes qui nous accompagnent à jamais, lieu du passage de relais et du savoir par excellence, du dur apprentissage de la patience quand on n’a que sept ans, le temps existe, demandez donc aux radis ! Ce jardin nous l’avions presque oublié, il avait un peu disparu, les délices des mondes virtuels ont tenté un temps de prendre le relais, quitte à nous enfermer, nous laisser blanchir sous cloche, seuls où entre soi…
Il revient signe des temps et des inquiétudes, cet Eden, ce premier refuge. A nous de lui donner un visage neuf, fait de rencontres et de croisements et de partage. Il sera contemporain, pluriel et intime, proche et lointain, familier et exotique. Transmettre une plante, une fleur, un légume, un bulbe, c’est donner des gages à l’avenir de l’autre, c’est pérenniser une relation et dire un peu je t’aime à crédit. C’est un pas vers l’acceptation des lois naturelles et climatiques, c’est accepter de se mettre autour avec le reste du vivant et non plus au centre…

Ce sujet a été réalisé dans le cadre de l’opération Jardins secrets, secrets de jardins de l’Essonne qui se déroule jusqu’au 28 juin.
Plus d’infos sur www.tourisme-essonne.com

08:42 Écrit par telematin friends dans Général | Lien permanent |  Facebook

Les commentaires sont fermés.